You are currently viewing L’art déco à Montréal (Partie 2 de 3)
Marché Atwater - Photo: LM Le Québec

L’art déco à Montréal (Partie 2 de 3)

Dans notre précédent article, nous avons découvert le style art déco de 3 édifices emblématiques de Montréal.

Je vous propose de continuer notre découverte de l’art déco à Montréal, cette fois-ci dans les marchés publics, dans les postes de police et les casernes de pompiers, et enfin dans les salles de théâtre.

Rappelons que ce tour d’horizon de l’art déco à Montréal est essentiellement basé et traduit de l’article de Jeff Reuben: A Guide to The Art Deco Architecture Gems of Montreal, publié dans Untapped New York. Je remercie de nouveau chaleureusement Jeff Reuben pour sa collaboration.

Les marchés publics de Montréal

Lorsque la Grande Dépression a frappé le Québec dans les années 30, l’un des premiers projets de travaux publics a été la construction de trois marchés publics art déco à Montréal.

Le marché Atwater

Le plus grand édifice de marché public est le marché Atwater.

Daté de 1933, il mesure environ 115 mètres de long sur 18 mètres de large. À ces mesures, s’ajoutent des auvents en saillie.

Cet édifice était utilisé :

art déco, art deco, art deco montreal, art déco montréal, marché atwater, marche atwater, lm le québec, lm le quebec
Marché Atwater – Crédit: Photo de LM Le Québec
  • pour des activités de marché au rez-de-chaussée et au sous-sol, et
  • comme auditorium de 10 000 places surmonté d’un plafond voûté au niveau supérieur.

L’architecte du marché Atwater est Ludger Lemieux, assisté de son fils Paul. Ludger Lemieux était connu pour la conception d’églises.

On peut d’ailleurs noter que le marché Atwater comprend une tour, la tour de l’horloge. Elle rappelle donc l’importance du marché Atwater en tant que bâtiment civique. Mais cet édifice dissimulait aussi un château d’eau !

Malgré quelques changements et défis au fil des années, le marché Atwater reste un marché public populaire. L’espace de l’auditorium est cependant désormais utilisé à d’autres fins.

Le marché Saint-Jacques

Le marché Saint-Jacques est plus petit que le marché Atwater.

Toutefois, comme ce dernier, le marché Saint-Jacques comprend également une tour et une salle publique au-dessus du marché. Il présente des bas-reliefs distinctifs, dont certains avec des thèmes alimentaires.

art déco, art deco, art deco montreal, art déco montréal, marché saint jacques, marche saint jacques, lm le québec, lm le quebec
Marché Saint-Jacques – Crédit: Photo de Jeff Reuben

Daté de 1931, ses architectes sont Trudel et Karch.

Après des années de sous-utilisation, des modifications importantes ont récemment eu lieu à cet édifice:

  • transformation du niveau supérieur en maisons de ville, ce qui incluait un ajout vertical (en 2017),
  • de nouvelles utilisations commerciales au rez-de-chaussée, et
  • des espaces de vente sous verre sous les auvents extérieurs.

Le marché Jean-Talon

Le marché Jean-Talon est le plus petit des 3 marchés publics art déco à Montréal.

Daté de 1933, le bâtiment du marché Jean-Talon est connu sous le nom de Chalet. Le marché Jean-Talon était aussi initialement appelé le marché du Nord ou du Shamrock.

Son architecte est Charles A. Reeves.

Moins éloquent que les 2 autres marchés public, l’édifice du marché Jean-Talon bénéficie d’un design art déco bien proportionné avec un caractère linéaire simple.

Cet édifice du marché Jean-Talon constitue une petite partie du marché, réputé être le plus grand marché en plein air du Canada.

Les postes de police et les casernes de pompiers de Montréal

Face à la Grande Dépression des années 30, la réponse des autorités publiques a été de lancer de nombreux travaux publics.

On vient de voir que 3 marchés publics ont été construits entre 1931 et 1933 sous le style art déco à Montréal.

Toutefois, les travaux publics ne se sont pas cantonnés à construire des marchés publics. Ils ont aussi construit des postes de polices et des casernes de pompiers art déco.

  • Ludger Lemieux a conçu la caserne de pompiers No 23. Cet édifice date de 1931. Voici de nouveau un bâtiment dotée d’une tour, et des reliefs de Joseph Guardo adaptés aux utilisations du bâtiment.
Caserne de pompiers 23 art déco à Montréal LM Le Québec LM Le Québec
Caserne de Pompiers # 23 – Photo: LM Le Québec
  • La caserne de pompiers No 10 est, quant à elle, datée de 1932. Ses architectes sont Harold Edgar Shorey et Samuel Douglas Ritchie. Elle se caractérise par une façade en calcaire ainsi que par son relief représentant des symboles de Montréal:
    • des navires,
    • un dôme d’église, et
    • la pièce de résistance, un gratte-ciel art déco !
  • Avant de travailler sur le projet du Jardin botanique de Montréal, Emmanuel-Arthur Doucet avait déjà démontré sa maîtrise de la maçonnerie et de la pierre sur 3 postes de police et casernes de pompiers: No 31, No 41 et No 48. Les postes de police et casernes de pompiers No 31 et No 48 datent tous les deux de 1931. Le poste de police No 41 date, quant à lui, de 1932.

Ironiquement, la Commission de chômage a occupé le poste de police No 48 après son achèvement ! Ce n’est qu’en 1948 que le service d’incendie n’a emménagé dans la zone prévue.

Aujourd’hui, ces postes de police et ces casernes de pompiers art déco sont toujours utilisés par les pompiers. Par contre, les espaces de police sont désormais occupés par des magasins et des organismes communautaires.

Les salles de théâtre

Deux théâtres sont sous l’influence de l’art déco à Montréal.

Le théâtre Le Château

Le théâtre Le Château est construit en 1932 d’après les plans de l’architecte René Charbonneau. Le sculpteur est Joseph Guardo.

Le style art déco est marqué par son extérieur orné de:

  • bas-reliefs,
  • vitraux colorés, et
  • une arche stylisée.

L’intérieur de ce théâtre a été décoré par Emmanuel Briffa, concepteur de théâtre.

Au cours des premières années de son existence, le théâtre Le Château présente des spectacles de vaudeville et des représentations cinématographiques.

En 1935, la façade de la rue Bélanger est modifiée.

Puis, en 1946, une nouvelle marquise est érigée sur la façade principale de la rue Saint-Denis. 

En 1974, la salle de plus de 1 300 places est divisée en deux salles, selon les plans de l’architecte William J. Rosenberg:

  • une salle au parterre de 863 places, et
  • une 2ième salle de 504 places au balcon.

Le théâtre Le Château cessent ses activités au milieu des années 1980.

Le propriétaire actuel de l’édifice utilise cet édifice comme lieu de culte. 

L’édifice conserve néanmoins bon nombre de ses éléments d’origine.

Le théâtre Snowdon

Le théâtre Snowdon est construit en 1937, soit 5 ans après le théâtre Le Château, selon les plans de l’architecte Daniel J. Crighton.

Contrairement au théâtre Le Château, le théâtre Snowdon a des airs résolument modernes, ayant adoptant le style « Streamline moderne », avec:

  • des volumes verticaux, et
  • une ziggourat centrale (étages centraux).

Les seuls détails de la façade sont constitués de bandes horizontales, d’un chapiteau et d’un auvent.

À l’instar du théâtre Le Château, c’est également Emmanuel Briffa, concepteur de théâtre prolifique, qui a décoré l’intérieur du théâtre Snowdon.

Malheureusement, en raison de son abandon et d’incendie criminel, le théâtre Snowdon s’est peu à peu détérioré.

Grâce au « facadisme », l’extérieur a cependant été préservé.

Toutefois, un nouveau condominium résidentiel est en construction derrière et au-dessus de ce théâtre.

Et c’est tout ?

Non !

Il nous reste encore d’autres édifices art déco à découvrir à Montréal !

Dans le prochain et dernier article de notre série, nous allons découvrir de nombreux autres édifices art déco à Montréal :

  • brasseries,
  • édifices résidentiels,
  • édifices religieux,
  • musée historique canadien.

Et si vous voulez relire ou découvrir le 1er article de la série art déco, c’est par ici !

Cet article a 3 commentaires

Laisser un commentaire