Les œuvres d’art à Montréal: de Lionel-Groulx à Berri-Uqam !
Station de métro Place des Arts - Crédit: Photo de la STM

Les œuvres d’art à Montréal: de Lionel-Groulx à Berri-Uqam !

Dans notre précédent article, nous avons découvert les œuvres d’art de Montréal, présentes sur sa ligne verte du métro de Montréal, entre la station Angrignon et la station Charlevoix.

Continuons notre découverte des œuvres d’art présentes sur la ligne verte du métro de Montréal, cette fois-ci entre la station Lionel-Groulx et la station Berri-Uqam.

Ce tronçon de la ligne verte existe depuis 1966, puisqu’il faisait partie des plans initiaux du métro.

Mais avant de commencer, rappelons que cet article est basé sur la liste des œuvres d’art de la STM (Société des Transports de Montréal).

Station de métro Lionel Groulx

Dans le cadre du prolongement de la ligne verte vers l’Ouest, 8 stations de métro ont été inaugurées en 1978.

La station Lionel-Groulx est sans doute la plus importante d’entre elles. Elle est, par ailleurs, la première station de correspondance à quais centraux du métro de Montréal.

Dans cette station de métro Lionel-Groulx, vous verrez 2 œuvres d’art.

L’arbre de vie (1978)

Vous ne pourrez pas rater cette œuvre d’art, située dans la mezzanine de la station: elle est imposante et surprenante.

Il s’agit de « L’arbre de vie » de l’artiste Joseph Rifesser, né en Italie en 1921.

Cette oeuvre a été sculptée dans le tronc d’un noyer vieux de 150 ans. Elle représente les cinq grandes familles humaines qui peuplent la Terre: les peuples des cinq continents.

Elle date de 1967 où elle était exposée à l’entrée du pavillon de l’Organisation des Nations Unies lors de l’Expo 67 de Montréal.

L’organisation des Nations-Unies a ensuite fait don de cette œuvre à la Ville de Montréal, qui l’a installé dans cette station de métro en 1978.

œuvres d'art montreal, œuvres d'art, art montreal, art public montreal, visiter le québec, visiter le quebec, lm le quebec, lm le québec
Station de métro Lionel-Groulx – Crédit: photo de la STM

L’œuvre d’art « Le miroir »

Toujours dans la mezzanine de cette station de métro Lionel-Groulx, vous pourrez y voir une 2ème œuvre, cette fois-ci en acier inoxydable.

Il s’agit de deux panneaux de métal poli de mêmes dimensions qui, installés à des angles différents, réfléchissent l’image des déplacements des voyageurs.

Elle est l’œuvre d’Yves Roy, artiste québécois né à Saint-Anne-des-Monts.

Station de métro Peel

Cette station de métro date de 1966: elle faisait partie des plans initiaux du métro de Montréal.

Mais cette station de métro est également importante puisqu’elle représente la 1ère grande intégration de l’art dans le métro de Montréal.

Dans cette station, nous découvrons l’œuvre d’art « Cercles », répartie partout dans la station.

Elle est constituée de cercles formés de briquettes de céramique vernissée, ce qui offre un vif contraste avec le béton des murs.

La conception de cette oeuvre est signé de l’artiste montréalais Jean-Paul Mousseau (1927-1991), en association avec le céramiste Claude Vermette.

Les architectes Papineau, Gérin-Lajoie et LeBlanc ont, quant à eux, réalisé cette 1ère grande intégration de l’art dans le métro de Montréal.

Jean-Paul Mousseau a également réalisé les murales des stations:

  • Viau (oeuvre « Opus 74 », formée également avec des carreaux de céramique),
  • Honoré-Beaugrand (formée de carreaux de céramique), et
  • Square-Victoria (11 panneaux verticaux de plastique stratifié).

Enfin, cet artiste est également le créateur de l’immense murale lumineuse située dans le hall d’entrée du siège social d’Hydro-Québec, à Montréal.

œuvres d'art montreal, œuvres d'art, art montreal, art public montreal, visiter le québec, visiter le quebec, lm le quebec, lm le québec
Station de métro Peel – Crédit: Photo de la STM

La station de métro McGill

Dans cette station de métro, ce n’est pas moins de 4 œuvres d’art que vous pouvez trouver.

Contrairement à la vaste majorité des œuvres d’art du métro de Montréal, les murales de la station McGill n’ont pas été commandées par les responsables du métro mais plutôt par une entreprise privée, les magasins Eaton.

Les Industries perdues – C’est sur le sol qu’on prend appui pour s’envoler (1991)

La 1ère de ces œuvres d’art est celle de l’artiste originaire d’Ottawa Richard Purdy et de François Hébert.

Tous deux ont réalisé une murale qui représente l’île de Montréal vue du ciel. L’œuvre est en relief.

Commandée par Westcliff, propriétaire des Promenades de la Cathédrale, et présentée et 1991, cette murale est protégée par un mur de blocs de verre.

Vous la trouverez sur la mezzanine sud de la station de métro.

J’aime particulièrement la façon dont l’artiste présente son œuvre :

«Quand vous êtes dans le métro, vous êtes sous terre, dans un tunnel. Nous voulions transporter les voyageurs ailleurs et avec cette œuvre, ils se retrouvent instantanément à 20 000 pieds d’altitude. D’où le titre de la murale, C’est sur le sol qu’on prend appui pour s’envoler. J’aime bien ce titre car il apporte une note d’espoir. J’aime également l’idée que vous n’êtes nulle part quand vous regardez cette œuvre: vous êtes sous terre, mais vous regardez la ville comme si vous étiez dans un avion.»

Cette artiste a également réalisé une seconde œuvre des Industries perdues pour le métro de Montréal, à la station Mont-Royal.

Passūs (1991)

À la demande de la compagnie Westcliff, propriétaire des Promenades de la Cathédrale, l’artiste Murray MacDonald a conçu la 2ème œuvre d’art, qui est une verrière d’allure gothique.

Les écrans lumineux de chaque côté imitent le mouvement de la lumière que l’on perçoit en avançant dans une cathédrale de ce style.

Vous la trouverez au niveau de la mezzanine est.

L’artiste est originaire de la Colombie-Britannique.

Murales (1966)

La 3ème œuvre d’art de la station McGill consiste en des murales en terre cuite représentant des formes stylisées d’animaux, de fleurs et de feuilles.

Elle orne les deux colonnes et les deux murs attenants au magasin Eaton, au niveau de la mezzanine sud. Cette oeuvre a d’ailleurs été initialement commandé par la compagnie Eaton.

Cette création est de Maurice Savoie, artiste québécoise né à Sherbrooke.

Il est d’ailleurs qualifié de « poète de la céramique » en raison de ses talents de céramiste-muraliste.

Progressivement tombées dans l’oubli, les murales de la station McGill auraient bien pu disparaître n’eut été de la vigilance de Maurice Savoie.

Vers la fin des années 1990, elles ont été recouvertes d’affiches publicitaires par nul autre que leur propriétaire, les magasins Eaton…

La vie à Montréal au XIXe siècle (1974)

La 4ème et dernière œuvre d’art de la station de métro McGill est un ensemble de 5 verrières, composées de centaines de plaques de verre peint.

Vous pourrez la voir sur le quai Honoré-Beaugrand de cette station de métro.

Ces 5 verrières font référence à certains aspects de la vie montréalaise des années 1800-1870.

Par exemple, elle représente le premier maire de la ville, Jacques Viger, ainsi que son successeur, Peter McGill.

L’œuvre est signé de l’artiste Nicolas Sollogoub (1925-2014). Il a notamment participé à la restauration du Château Dufresne à Montréal et a réalisé les vitraux de l’église de Brouages en France, lieu de naissance de Samuel de Champlain.

Cette œuvre est, elle-aussi, un don privé, celui de Macdonald Tobacco.

œuvres d'art montreal, œuvres d'art, art montreal, art public montreal, visiter le québec, visiter le quebec, lm le quebec, lm le québec
Station de métro McGill – Crédit: photo de la STM

Station de métro Place des Arts

C’est peut-être dans cette station de métro que vous verrez l’œuvre la plus impressionnante de toutes les œuvres d’art du métro de Montréal. Frédéric Back

Histoire de la musique à Montréal (1967)

Il s’agit d’une impressionnante verrière en verre peint et en fer forgé, signée de l’artiste Frédéric Back (1924-2013).

Cette verrière fait 13,7 mètres de long et compte des milliers de pièces de verre superposées, tout cela enchâssées dans une armature de fer. Elle est illuminée par 105 tubes de néon.

Elle rend hommage à l’histoire de la musique de Montréal. L’artiste estime d’ailleurs que :

L’histoire musicale de Montréal est une chose qui n’a eu ni commencement ni fin.

Elle est située sur la mezzanine Est de la ligne de métro et est un don de la société Steinberg.

Elle fut d’ailleurs la première œuvre à être installée dans le métro de Montréal après son inauguration le 14 octobre 1966 !

De plus, Frédéric Back fut le premier artiste du métro à terminer l’œuvre qui lui avait été commandée !

D’origine allemande, Frédéric Back bénéficie d’une renommée internationale grâce à ses films d’animation  Crac! de 1982 et L’homme qui plantait des arbres de 1987).

Si cette murale vous inspire ou vous passionne, son artiste Frédéric Back en parle plus longuement dans cette belle vidéo de la STM:

Vidéo de la STM

Mosaïque (2005)

La 2ème œuvre d’art de cette station de métro est une composition architecturale en céramique et en aluminium, située sur les quais du métro.

Il s’agit de panneaux en aluminium perforés juxtaposant une mosaïque artisanale de forme abstraite, réalisée par l’artiste Saskia Siebrand.

Cette dernière a depuis fondée la firme montréalaise Mosaika Art & Design en 1998 avec Kori Smith et réalisé des dizaines de mosaïques, notamment pour les métros de New York, Los Angeles et de Montréal.

Station de métro Saint-Laurent

L’œuvre d’art de cette station de métro est composée de tuiles de céramique vernissée, signée par le céramiste montréalais Claude Vermette (1930-2006).

Situées sur les quais de cette station, ces 12 murales de cette composition ajoutent définitivement de la couleur aux quais.

Elle date de 1966, dès l’origine du métro de Montréal. Cette œuvre d’art n’est pas la seule à être signée par Claude Vermette :

  • il a réalisé des tuiles de céramique sur les murs, sur les planchers et même sur les bancs d’une douzaine de stations (Atwater, Beaubien, Berri-De Montigny, Jean-Talon, Laurier, McGill, Place-des-Arts, Saint-Laurent, etc.).
  • un des exemples le plus connu est son travail avec Jean-Paul Mousseau pour la création des cercles de la station de métro Peel.
  • plus tardivement, il a réalisé 5 murales pour le pavillon du lac aux Castors, dans le parc du Mont-Royal.

Station de métro Berri-Uqam

Ce sont ici par moins de 4 œuvres d’art que vous pourrez voir dans cette station de métro Berri-Uqam.

Initialement, cette station s’appelait d’ailleurs « Berri-de-Montigny ».

Hommage aux fondateurs de la ville de Montréal (1969)

La 1ère de ces œuvres d’art est l’œuvre de l’artiste né à New-York Pierre Gaboriau et de l’artiste belge Pierre Osterrath.

Vous trouverez cette œuvre en verre antique, en époxy et en acrylique sur les quais de la ligne verte. Elle mesure 6,4 mètres de large et 7 mètres de haut.

Cette verrière symbolise le passé, le présent et le futur de Montréal, fondée en 1642.

Elle rend notamment un hommage particulier à Jérôme Le Royer de La Dauversière, Jeanne Mance et Paul Chomedey de Maisonneuve.

On retrouve également les œuvres du verrier Pierre Osterrath dans 2 autres stations: Charlevoix et Du Collège.

Monument à Mère Émilie Gamelin

La 2ème œuvre d’art de la station de métro Berri-Uqam est, quant à elle, une statue de bronze.

Vous la trouverez en entrant dans la station au niveau de la rue Sainte-Catherine.

Signée de l’artiste Raoul Hunter, cette statue s’appelle « Monument à Mère Émilie Gamelin ».

Mère Émilie Gamelin est la fondatrice des Sœurs de la Providence. Cette statue symbolise la contribution de Mère Émilie Gamelin à la vie sociale de Montréal, soulageant la faim et la misère des plus pauvres.

Cette œuvre a été dévoilée en 2000, à l’occasion du bicentenaire de sa naissance de Mère Émilie Gamelin.

Tableaux de Robert LaPalme

La 3ème des œuvres d’art de la station de métro Berri-Uqam est une série de 3 tableaux, sur les thèmes de la science, de la culture et des divertissements.

Ces 3 tableaux ont initialement été créés pour l’Exposition universelle de 1967. Suite à cette expo, ils ont été installés dans la station de métro Berri-uqam en 1970, à la demande du maire Jean Drapeau.

Cette œuvre est signée de l’article montréalais Robert LaPalme (1908-1997). Il fut le premier directeur artistique du métro de Montréal et privilégiait les œuvres illustrant l’histoire de Montréal.

Vous trouvez cette œuvre dans le corridor de la ligne jaune.

Murales (1967)

Enfin, passons à la 4ème et dernière des œuvres d’art de la station de métro Berri-Uqam.

Il s’agit d’une 20aine de murales en céramique sur les quais de la ligne jaune, réalisés par le céramiste montréalais Claude Vermette (1930-2006).

De couleurs automnales, elles apportent une certaine clarté à cet endroit. et sont une réalisation du céramiste Claude Vermette.

Dans cet article, nous avons déjà rencontré les œuvres d’art réalisés par cet artiste montréalais à la station Place des Arts et à la station Peel. Mais nous le retrouvons encore ailleurs dans le métro de Montréal !

œuvres d'art montreal, œuvres d'art, art montreal, art public montreal, visiter le québec, visiter le quebec, lm le quebec, lm le québec
Station Berri-Uqam – Crédit: photo de la STM

Pour conclure

Ce tronçon de la ligne verte du métro de Montréal nous a réservé de belles œuvres d’art !

Mais ce n’est pas tout !

Dans notre prochain article, nous verrons les œuvres d’art présentes sur la ligne verte du métro, entre la station Beaudry et la station Honoré-Beaugrand.

Si vous voulez voir les œuvres d’art situées entre la station Angrignon et la station Lasalle, pensez à lire ou relire notre 1er article de la série L’art dans le métro de Montréal – Ligne verte – Partie 1 de 3.

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire