Une journée dans les Cantons de l’Est: Stanstead

Une journée dans les Cantons de l’Est: Stanstead

Vous avez envie de passer une journée atypique dans les Cantons de l’Est ?

J’ai une idée à vous proposer: visiter le village de Stanstead !

Nous sommes déjà allés ensemble dans les Laurentides, au parc Oka, et avons découvert l’art déco à Montréal. Pour continuer de visiter le Québec, allons maintenant dans les Cantons de l’Est !

Les surprenantes bibliothèque et salle d’opéra Haskell sont la grande fierté du village de Stanstead dans les Cantons de l’Est québécois.

Mais ce n’est pas tout !

Stanstead a d’autres surprises dans son chapeau. Je vous en propose 4. 

Mais pour mieux les comprendre, je vous présente en quelques lignes l’histoire de ce village de Stanstead.

Un peu d’histoire …

Le village de Stanstead est situé dans la région québécoise des » Cantons de l’Est », à la frontière entre le Québec (Canada) et le Vermont (États-Unis). 

Ce village a pris naissance dans les années 1790 lorsque la famille Taplin fut la première à s’y établir en 1796. Cette famille provenait de la Nouvelle-Angleterre: elle était à la recherche de bonnes terres devenues rares dans la nouvelle république américaine.

Avant 1796, la contrée étaient complètement déserte. 

La famille Taplin fut suivie par d’autres familles de pionniers, elles-aussi à la quête de nouvelles terres. 

Pendant quelques décennies, Stanstead resta un repère de contrebandiers, même après l’établissement du premier poste de douanes de la région en 1821.

Mais rapidement, Stanstead grandit en importance, grâce à une croissance et prospérité qui se développaient rapidement. 

Peu à peu, Stanstead devint le coeur d’une société distinguée et le lieu de résidence de familles bien nanties. De larges rues bordées de maisons, d’auberges élégantes et de commerces prospères font alors leur apparition.

Les 3 atouts de Stanstead

De nombreux secteurs économiques ont contribué de façon significative au développement de ce village des Cantons de l’Est. 

Mais trois facteurs ont été fondamentaux pour le développement et la croissance de Stanstead.

Située sur le chemin de la diligence reliant le Québec à Boston

Stanstead est le dernier arrêt en sol canadien de cette diligence qui reliait jadis les villes de Québec et de Montréal à Boston. 

Ainsi, rapidement, ce village des Cantons de l’Est joua le rôle de plaque tournante dans les transports. 

Stanstead profiterai encore aujourd’hui de ce rôle, grâce à sa situation stratégique sur la frontière entre le Canada et les États-Unis et la proximité de l’autoroute 55 dans les Cantons de l’Est. 

Sa rivière « Tomifobia » qui serpente le village et ses chutes 

Grâce à cette rivière et à la force de son courant, certains des premiers moulins à eau de la région des Cantons de l’Est sont apparus. 

Ces roues à eau ont progressivement donné de l’énergie à de nombreuses manufactures dans le village (notamment dans le quartier Rock Island). Stanstead s’est ainsi transformé en village industriel important. 

C’est l’époque du plein emploi et de l’apparition de nouvelles fortunes. 

Un de ces témoignages est l’ancienne usine Butterfield, érigée à cheval sur la frontière.

Son granit, que l’on appelle le Gris de Stanstead 

Cette pierre fut extraite dans le quartier Beebe de Stanstead. Son exploitation à grande échelle a commencé à la fin des années 1800 pour ensuite connaitre une croissance constante. 

Par exemple, l’édifice de la Sun Life à Montréal fut érigé entièrement avec le granit de Beebe. 

Les 4 curiosités de Stanstead

En se promenant dans Stanstead, on réalise assez rapidement que l’heure de gloire est chose du passé. 

Mais les témoignages de cette heure de gloire sont nombreux.

Je vous avais promis 4 curiosités à Stanstead. Les voici !

La bibliothèque et l’opéra Haskell de Stanstead

Pourquoi aller visiter une bibliothèque, vous demandez-vous ?

Une histoire de frontière !

Pour une raison très particulière: elle est située exactement sur la frontière entre le Canada et les États-Unis !

La frontière coupe en réalité la bibliothèque en deux, ainsi d’ailleurs que la salle d’opéra de Stanstead qui est située juste au-dessus de la bibliothèque.

Alors, selon l’endroit où vous êtes situés dans la bibliothèque, vous êtes soit au Canada, soit au États-Unis !

Il s’avère que tous les livres de la bibliothèque se trouvent coté Canada. 

Pour l’opéra: c’est la même chose. La scène est au Canada et une partie de l’audience est aux États-Unis.

Ce qui vaut à l’opéra Haskell de Stanstead d’être la seule salle d’opéra aux États-Unis (voire même au monde !) à ne pas avoir de scène et à la bibliothèque d’être la seule bibliothèque aux États-Unis à ne pas avoir de livres !!

Et pourtant, le Canada et les États-Unis fournissent chacun 50% des livres de la bibliothèque. Et naturellement, parmi les livres canadiens, une partie doit être francophone.

Mais il y a également une autre particularité de cette bibliothèque: son entrée.

L’entrée à la bibliothèque et à la salle d’opéra de Stanstead

Il n’y a qu’une seule porte d’entrée à la bibliothèque et à la salle d’Opéra de Stanstead.

Alors, que pensez-vous ? 

  • la porte est-elle située juste au milieu de la frontière de sorte qu’un coté de la porte est au Canada et l’autre aux États-Unis ?
  • ou bien, la porte est-elle côté canadien ?
  • ou au contraire, la porte est-elle côté américain ?

La réponse est ….. côté américain !!

Et oui, on doit aller aux États-Unis pour pouvoir entrer dans la bibliothèque !!

Vous vous demandez sûrement si vous devez présenter votre passeport. 

Eh bien, non.

En réalité, quelques grosses pierres et de gros pots de fleurs symbolisent la frontière à cet endroit. 

Mais ne vous trompez pas :

  • des signes et des caméras de chaque côté des pots de fleurs vous indiquent clairement qu’il vous est interdit de traverser cette frontière.
  • un agent de contrôle posté dans sa voiture vous dira simplement que, pour aller à la bibliothèque, vous pouvez traverser la frontière en restant strictement sur le trottoir menant à la bibliothèque (environ 25 mètres).

Dans la bibliothèque, on remarque une grosse ligne noire au sol symbolisant la frontière ainsi que deux petits drapeaux – canadien et américain – pour marquer leur territoire.

Il est amusant de se promener d’un côté ou de l’autre de la bibliothèque, qui est très chaleureuse avec ses foyers et ses canapés présents dans les aires de lecture, ses vitraux, ses mosaïques et ses plafonds décoratifs.

La bibliothèque est donc tout à fait inhabituelle : 

  • sa porte d’entrée est aux États-Unis, 
  • son comptoir de prêt et les collections de livres sont au Canada, et 
  • sa salle de lecture est internationale (coupée par la fameuse ligne noire !).

Salle d’opéra Haskell à voir absolument

Ce que vous devez absolument voir est la salle d’opéra Haskell. 

Et pour la voir, il faut acheter une visite guidée à 10 $. Le chiffre est le même que vous payez en dollars canadien ou en dollars américain: ce sera 10 $. J’aime cette simplicité !

L’achat de la visite guidée a lieu à l’accueil de la bibliothèque. 

Avec la guide, on est donc ressorti de la bibliothèque pour se diriger vers la porte de la salle d’opéra.

L’opéra (et la bibliothèque) auraient été construits vers 1901. Et chose incroyable, tout est encore d’origine à l’opéra Haskell:

  • l’escalier montant à la salle d’opéra,
  • le guichet d’accueil de l’opéra,
  • la scène,
  • les chaises de la salle, 
  • le plafond et sa vasque,
  • etc.

Bref tout ! Impressionnant de voir cette salle d’opéra qui a traversé le temps. 

Les accessoires et la machinerie seraient tous des pièces d’origine, formant l’un des ensembles les plus complets au monde de ce type d’équipement. 

Là encore, on peut voir la ligne noire au sol symbolisant la frontière entre les États-Unis et le Canada.

Pour regarder l’opéra, on peut donc vous assoir soit au Canada soit aux États-Unis.

Cette salle d’opéra donne l’impression que le temps s’est arrêté au XIXème siècle, avec son rideau à guillotine, ses décors pittoresques, ses chérubins de plâtre, etc. 

Enfin, l’acoustique de cette salle d’opéra serait excellente. 

J’adore cette salle d’opéra, qui peut accueillir 500 personnes. Elle est chaleureuse, intime, hors du temps.

J’aimerai un jour venir y voir un spectacle. 

Une belle émotion.

La visite guidée dure à peine 15 minutes. Elle nous donne essentiellement l’occasion de voir la salle d’opéra. Rien que pour cela, je ne la regrette pas !

Opera Haskell de Stanstead dans les Cantons de l'Est LM Le Québec
Opéra de Haskell à Stanstead

Les origines de cette bibliothèque et salle d’opéra Haskell

Pensez-vous que la bibliothèque et la salle d’opéra Haskell aient été intentionnellement construites sur la frontière canado-américaine ?

Eh bien, oui ! C’est le cas !

La bibliothèque et la salle d’opéra Haskell sont un don de Martha Stewart Haskell et de son fils, le colonel Horace Stewart Haskell, à la mémoire du mari de Mme Haskell, Carlos.

Mr Haskell avait fait fortune dans le commerce.

Le couple Haskell avait, l’un la nationalité canadienne et l’autre la nationalité américaine. Ainsi, l’objectif de la famille était d’offrir aux habitants de cette région un centre de partage, d’apprentissage et d’enrichissement culturel. 

La construction de cette bibliothèque et de cette salle d’opéra a commencé le 15 octobre 1901 et a pris fin en 1904. Son architecte – James Ball – était de Stanstead (et son partenaire de Boston).

Le coût de cette construction a été estimé à 50 000$, somme considérable à l’époque !

La soirée d’ouverture de cette salle d’opéra a eu lieu le 7 juin 1904.

L’architecture de cet édifice mélange à la fois l’architecture de la fin de l’époque victorienne (au niveau des façades) et le style géorgien ou néo-classique (partie arrière du bâtiment).

Depuis, une mise aux normes gouvernementales a eu lieu de 1993 à 1997 avec l’ajout de gicleurs, d’un ascenseur et d’une sortie de secours respectant le caractère historique du bâtiment, 

Tout en étant une institution locale importante, la bibliothèque et la salle d’opéra Haskell sont également devenues une attraction touristique. 

Elle est d’ailleurs reconnue comme un site historique par les gouvernements du Canada, des États-Unis et du Québec !

La rue Dufferin de Stanstead

Quelle rue surprenante !

J’ai voulu la parcourir à pied, en cette journée de chaleur accablante de la période estivale.

Il faut se préparer car elle est longue et les maisons sont tout de même espacées les unes des autres.

L’architecture des édifices est tout aussi magnifique que divers. La richesse d’autrefois laisse de beaux témoignages architecturaux. 

On y voit donc:

  • le style Second Empire (populaire dans les années 1970) du Stanstead Seminary (655 rue Dufferin), 
  • l’édifice néo-classique de la Lodge Golden Rule (560 rue Dufferin),
  • le style néo-gothique de l’église anglicane Christ Church (550 rue Dufferin),
  • le style géorgien de la maison Frederick Amsden (531 Dufferin),
  • un manoir de la famille Butters d’inspiration italienne (470 Dufferin)
  • le style art déco en granit local de l’ancien édifice de la Southern Canada Power (241 Dufferin),
  • et tant d’autres encore.

Bref, si vous aimez l’architecture, vous en aurez plein les yeux. 

Au point que la rue Dufferin aurait été qualifiée de musée en plein air ! 

Pour apprécier pleinement cette architecture, le village a créé un petit pamphlet « Circuit patrimonial Stanstead Heritage Tour ».

Il vous aidera incontestablement à identifier les édifices d’intérêt et à connaître leur rôle actuel.

Ce pamphlet est notamment disponible à la bibliothèque et à la salle d’opéra Haskell.

Cette diversité architecturale est frappante.

Ce qui m’a aussi surpris …

Mais est tout aussi frappante:

  • le nombre d’édifices religieux par rapport au nombre total d’édifices et de maisons !! En à peine quelques mètres, on peut voir plusieurs églises !
  • le contraste d’une époque glorieuse et dynamique dont il ne semble rester que ses témoignages architecturaux. La beauté du passé contraste avec des maisons parfois vétustes, qui semblent inhabitées et en décrépitude.

Tout comme la visite de l’opéra Haskell où le temps semble s’être arrêté dans le passé, la visite de la rue Dufferin me procure ce même sentiment. 

Sentiment que le temps s’est arrêté, celui d’un village presque fantôme, qui pourtant à tant à offrir.

Peut-être que ma journée de visite n’était pas bien choisie, pourtant un samedi du mois de juillet…

Peut-être aussi que Stanstead reprend vie lors de l’arrivée des étudiants de l’imposant Collège Stanstead.

Le drapeau de la caserne de l’hôtel de ville de Stanstead

Pourquoi est-il d’intérêt ?

Drapeau Canada-USA à Stanstead dans les Cantons de l'Est LM Le Québec
Drapeau Canada-USA à Stanstead

Parce qu’il est un mélange du drapeau canadien et américain !

Regardez !

L’explication serait la suivante: 

Cette caserne de pompiers répond aux appels d’urgence du village canadien de Stanstead mais aussi aux appels d’urgence du village américain Derby Line, qui est lui aussi collé à la frontière, mais cette fois-ci du côté américain bien sûr !

La rue Canusa de Stanstead

Puisque nous sommes à Stanstead dans les Cantons de l’Est, profitons-en pour aller sur la rue Canusa.

Cette rue est entourée d’habitations de notre époque. En soi, elle ne présente pas d’intérêt architectural particulier.

Quel est donc l’intérêt de cette rue ?

Eh bien, l’intérêt est son nom et encore une fois son emplacement géographique !

Car la rue Canusa veut dire CAN-USA. … Et elle est divisée en deux par la frontière internationale !

D’un côté de la rue canusa, les maisons sont situées au Canada et de l’autre coté de cette rue, les maisons sont aux États-Unis ! 

Vous ne pouvez donc pas traverser la ligne au milieu de la rue puisque c’est la frontière !

Et, pas de demi-tour possible non plus !

Les résidents sont donc tenus d’aller à la douane avant d’aller chez leur voisin habitant juste en face de chez eux !

Fascinant. 

Au bout de la rue, à l’intersection de la rue Principale, on aperçoit les postes douaniers canadiens et américains qui se font face.

rue Canusa de Stanstead dans les Cantons de l'Est
Rue Canusa à Stanstead – Photo de LM Le Québec

Autres suggestions de visites dans les Cantons de l’Est

Après Stanstead, considérez aller faire une randonnée pédestre:

Pour résumer

Que vous habitiez au Québec ou que vous visitiez le Québec, le village de Stanstead dans les Cantons de l’Est du Québec vous surprendra, sans aucun doute !

Prenez le temps d’y aller, de découvrir sa bibliothèque et sa salle d’opéra ainsi que ses rues. 

Si vous êtes férus d’architecture, vous pourriez y passer une petite journée à explorer ses rues, à chercher ses édifices d’intérêt, à les admirer.

Si l’architecture ne vous émeut pas, la visite de Stanstead pourra être courte. Très courte.

Quoiqu’il en soit, pensez à prendre votre pique-nique aussi. Car il ne nous avait pas été facile de trouver un restaurant, un café ou encore une épicerie.

Bonne découverte !

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire